user-solid-circle spoon-knife glass local_pharmacy location phone envelop Icon/Star Created with Sketch.

Divers, Un coq tue un policier avec son éperon

Catégorie

DETAILS

  • Aux Philippines, les combats de coq sont interdits depuis l’arrivée du Coronavirus. Un policier intervenant pour disperser les participants durant un combat illégal de coq, a été mortellement touché par un des coqs dressés pour le combat.



    Un policier venu mettre fin à un combat de coqs désormais illégal aux Philippines, a été attaqué par un des coqs combattants. L’animal a tranché la cuisse gauche du Policier avec son ergot artificiel constitué d’une lame en acier, souvent utilisé dans ce type de combat pour le rendre plus «spectaculaire». Transporté à l’hôpital, le Policier a succombé à ses blessures.


    Pour le Chef de la Police de province le Colonel Arnel Apud, les faits sont aussi surprenant que nouveau : « C’est la première fois en 25 ans de carrière que je perds un homme à cause de l’éperon d’un coq,» a-t-il affirmé. Trois personnes ont été interpellées, trois autres suspects sont toujours en fuite et sept coqs sont confisqués.

     

    Les Philippines autorisent les combats de coqs le dimanche ou les jours fériés ou encore lors des fêtes locales. Mais depuis l’arrivée du Coronavirus, les combats de coqs sont interdits pour limiter la propagation du virus.
    En France et dans les régions où il existe une «tradition ininterrompue», cette pratique existe toujours comme par exemple dans la Réunion, en Guadeloupe, en Martinique et dans les Hauts-de-France.


    Assion HOUESSOU