user-solid-circle spoon-knife glass local_pharmacy location phone envelop Icon/Star Created with Sketch.

H. Djobala, Miss Niger : « Partout, on nous demande si la Miss Agadez est là »

Catégorie

DETAILS

  • C’est un Hassane Djobala de grands jours qui nous a accordé cette interview exclusive. Malgré ses multiples occupations à quelques heures de la grande finale Miss Niger, nous avons réussi à lui faire parler. Droit dans ses bottes, M. Hassane porte sa croix et se confie à agendaniamey.com.



    ANY : Comment vont les préparatifs à quelques heures de la finale ?


    Abdoulaye Hassane Djobala : Les préparatifs du concours Miss Niger vont bon train, nous sommes à la veille, nous nous activons tout doucement et sûrement. Nous sommes déterminés à aller jusqu’au bout donc les préparatifs vont bon train pour l’instant, ça va et il va de soi que nous ne pouvons plus reculer et puis voilà, nous sommes prêts.

     

    ANY : Vous avez rencontré plusieurs défis durant l’organisation de cet évènement. L’opinion vous a ouvertement critiqué à la suite de l’élection de Miss Agadez. En t’en qu’entrepreneur, comment avez-vous vécu cela ?

     

    A H D : Miss Agadez effectivement ça été le tournant de l’élection Miss Niger, ça été le tournant de toutes les autres régions parce que c’est là-bas que nous avons eu pas mal de critiques parce que selon eux, cela ne répondait pas à leurs attentes. Moi ça ne m’a pas du tout affecté dans un premier temps parce que je sais ce que j’ai fait et je travaille avec qui le veut, je travaille avec celles qui pensent qu’elles sont aptes à être Miss, celles qui sont aptes à être élues à ce concours donc je ne me suis pas fait du souci par rapport à ça.


    A H D : Avez-vous pensez à laisser tomber ?


    A H D : Laissez tomber ? Surtout pas, je suis déterminé à aller jusqu’au bout parce l’étape d’Agadez c’était l’avant dernière sur les huit régions. Donc elle était la septième parce que nous avons clôturé avec Tahoua. Donc il n’est pas question de laisser tomber à ce stade là et cela ne m’est nullement passé par la tête de vouloir abandonner  à cet instant-là. C’est vrai que c’était dur à supporter, c’est vrai que c’était très difficile à vivre en ce moment-là mais néanmoins nous sommes déterminés et nous avons foi en ce que nous avons fait et le problème ne s’est pas posé à ce niveau-là.


    ANY : Mais, est-ce que vous comprenez la réaction de l’opinion ? Notamment celle qui pense qu’il y a « des filles beaucoup plus belles » à Agadez. Que leur répondez-vous ?


    A H D : Nous comprenons aisément la réaction de la population à ce niveau à Agadez. Effectivement la toute première Miss du Niger qui a été élue était d’Agadez si je me rappelle bien dans les années 89.

    Mais ce qui est sûr, ces filles qui répondent à l’attente des gens ne sont pas sorties. Nous avons lancé un concours national, nous l’avons lancé à l’instar de toutes les filles Nigériennes âgées de 18 à 25 ans et toutes ces filles qui se sentent vraiment prêtes à vivre cette passion-là sont invitées à s’inscrire. C’est ce qu’a fait Mlle Fatima Walèye d’Agadez que les gens ont critiqué, qui avait ses atouts parce que j’ai toujours dit que la beauté est relative. Alors je pense qu’on doit aussi lui donner sa chance, c’est une fille comme toute autre. Elle a pensé qu’elle pouvait aussi pourquoi pas se jauger à d’autres en tant que femme, c’est son droit le plus absolu et nous respectons ce droit. Quand nous avons lancé ce concours elles étaient au départ sept pour Agadez, puis finalement trois. Et parmi les trois elle était la meilleure, c’est elle qui remplissait les critères pour être élue Miss donc nous n’avons pas hésité, nous avons respecté son choix et nous l’avons imposé puisqu’elle s’est imposée. Nous l’avons imposé c’est elle qui sera Miss à Agadez, il n’y aura pas une autre et il était nullement question d’annuler quoi que ce soit parce qu’il y a eu un lancement de concours, il y a eu une date et à cette date il y a eu des candidates et ces candidates ont le droit d’être là. Elle a le droit de se présenter, elle s’est présentée, elle a gagné et elle est là aujourd’hui avec nous à Niamey.


    ANY : Le bad buzz petit à petit a laissé place à plusieurs soutiens obtenus ça et là. Avez-vous tiré une leçon dans tout ceci ?


     A H D : Moi j’ai foi en Dieu et quand Dieu veut vous élever, il ne demande l’avis de personne. Cette fille était dans l’inconnue hier, aujourd’hui grâce à son audace, elle a osé braver l’interdit, elle a osé braver tout ce que les gens pensent d’elle, qu’elle soit vilaine ou pas, elle s’est présentée en tant que femme. Et voilà ce que Dieu fait, aujourd’hui elle est non seulement connue un peu partout mais en plus le bad buzz a fait réfléchir certaines personnes qui se sont posées la question pourquoi critiquer cette fille qui a eu l’audace, qui a osé s’inscrire  parce qu’elle pense qu’elle est vilaine ? La beauté de la femme elle est relative. Donc, tout de suite ils ont réagit et ils se sont dits pourquoi pas, Il faut la soutenir jusqu’au bout. Et ces bonnes volontés lui ont fait des gestes qui continuent tout le temps. Et partout où nous passons avec les Miss, on nous demande la Miss Agadez elle est là ? D’aucuns pensent qu’elle ne viendra pas, elle a été critiquée, elle a été vilipendée. Fatima Walèye a dépassé ce stade là et elle est là avec nous et les bonnes volontés n’ont pas cessé de l’aider jusqu’à preuve de contraire.


    ANY : A quoi devrions-nous nous attendre à la soirée finale ?


    A H D : Alors la finale comme son nom l’indique, c’est une finale et au-delà de la Miss Agadez dont les gens ont fait le buzz, toutes les autres régions sont représentées et nous avons aussi fait accompagner les Miss par leurs 1ères Dauphines donc nous aurons 16 candidates ce samedi et ce n’est pas du moindre. Elles vont se jauger, ce qui est sure la finale sera belle puisqu’il y a quand même de très très belles filles qui sont venues représenter leurs régions et qui n’ont pas eu peur d’aventure. Quand on parle de Niamey tout de suite on pense que toutes les belles filles sont là et cette fois-ci elles vont se jauger, elles sont là pour prouver qu’à l’intérieur du pays il y a de belles filles aussi. Ça va être une très belle fête, les Miss sont en train de préparer un spectacle grandiose. Elles veulent satisfaire le public pour faire taire toutes ces critiques autour d’elles et pour revaloriser la femme et prouver aux gens que les Miss sont là et elles sont aptes et déterminer à aller jusqu’au bout et montrer les meilleur d’elles-mêmes. Donc la finale sera très belle.

    Interview réalisée par Abdoulaye Ali