user-solid-circle spoon-knife glass local_pharmacy location phone envelop Icon/Star Created with Sketch.

Kenya, Des bébés vendus sur le marché noir à Nairobi

Catégorie

DETAILS

  • Au Kenya, un réseau de trafiquants de bébés vole des enfants pour alimenter un marché noir tristement florissant. Cet acte criminel est commis pour la modique somme de 220 000 Fcfa.

     

    Un réseau de trafic de bébés vole des enfants à Nairobi pour les revendre au marché noir.

     

    Rebecca a perdu son fils d’un an, Lawrence Josiah. Alors qu’elle élevait seule son enfant, Rebecca s’est mise à mendier dans la rue. Afin d’avoir la confiance nécessaire pour aller mendier auprès d'étrangers, elle renifle un mouchoir trempé dans du kérosène, un carburant bon marché dans les rues de la ville. Ce soir-là, elle venait de le faire à nouveau, puis s’est endormie. Elle avait 16 ans  cette nuit de mars 2011, aux alentours de 2 heures du matin quand le sommeil l’a emporté : c’était la dernière fois qu’elle voyait son fils.

     

    Même si Rebecca continue de chercher son fils aîné, celui-ci est peut-être en vie, ou peut-être mort et ça, elle le sait très bien dans son cœur. « Même si j'ai d'autres enfants, c'était mon premier né, il a fait de moi une mère », dit-elle en larmoyant. « J'ai cherché dans tous les centres pour enfants, à Kiambu, à Kayole, et je ne l'ai jamais trouvé ».

     

    Un jour, la plus jeune fille de Rebecca a été prise par un homme qui traînait dans le quartier. Pour sa défense, il a affirmé que la petite fille de moins d’un an lui avait demandé de lui payer un verre. Rebecca l'a ensuite suivi jusqu'à une voiture, où une femme l'attendait, raconte-t-elle. Des histoires comme celle de Rebecca, il y en a des tonnes à Nairobi. Esther a perdu son fils de trois ans en août 2018 et depuis, elle n’a aucune trace de l’enfant. « Je n'ai jamais été en paix depuis que j'ai perdu mon enfant », a-t-elle affirmé. « Je l'ai cherché jusqu'à Mombasa ». 

     

    Une enquête d’un an de l’équipe d’Africa Eye relayé par la BBC a permis de lever le voile sur ces trafics d’enfants et de rassembler des preuves d’enfants volés à des mamans vulnérables et sans-abri, par des réseaux de criminels et même parfois avec le complicité des responsables gouvernementaux. « Nous avons découvert des cas de trafic d'enfants dans une clinique située dans un bidonville et des bébés volés sur commande dans un grand hôpital gouvernemental. Et dans le but de dénoncer ces abus, nous nous sommes arrangés pour acheter un enfant abandonné à un responsable de l'hôpital, qui a utilisé des papiers légitimes pour prendre la garde d'un garçon de deux semaines avant de nous le vendre directement. Les voleurs de bébés vont des opportunistes vulnérables aux criminels organisés - souvent les deux éléments travaillant ensemble. Parmi les opportunistes, on trouve des femmes comme Anita, une grande buveuse et consommatrice de drogues qui vit elle-même dans la rue et qui gagne de l'argent en volant les enfants de femmes comme Rebecca - en ciblant les mères de nourrissons de moins de trois ans. »

     

    Assion HOUESSOU