user-solid-circle spoon-knife glass local_pharmacy location phone envelop Icon/Star Created with Sketch.

Le Burkina Faso s’apprête à lancer son propre satellite, une première en Afrique Francophone

Catégorie

DETAILS

  • Le Burkina a procédé au lancement de la construction d’un satellite baptisé Burkina-Sat1. C’était lors d’une conférence de presse que le Président Roch Marc Christian Kaboré a annoncé la nouvelle ce 28 Août 2020.

     

     

    Le lancement de la construction du tout premier satellite Burkinabé a été effectué ce 28 Août 2020 par le Président de la République Roch Marc Christian Kaboré. Baptisé Burkina-Sat1, ce satellite est un projet de Frédéric Ouattara.

     

     

    Président de l'Université Norbert-Zongo à Koudougou, Frédéric Ouattara âgé de 54 ans est sacré meilleur physicien spatial d'Afrique en 2018 par l'Union des géophysiciens d'Amérique. C’est en Janvier 2019 qu’il a présenté le projet au Président de la République qui lui a donné son soutient et son engagement à tout mettre en œuvre pour l’accompagner.

     

     

    Aujourd’hui, c’est avec fierté que le Chef de l’Etat Roch Marc Christian Kaboré a affirmé que le Burkina est « en train d'acquérir les différents éléments constitutifs du satellite ». Ce projet d’envergure coûtera 110 millions de Fcfa au pays.

     

     

    C’est un projet audacieux qui est décliné en trois phases. La première phase du projet Burkina-Sat1 porte sur la construction de la station au sol, logé à l'Université Norbert-Zongo de Koudougou. « C'est avec une immense fierté que j'ai accueilli, ce (jeudi) matin à l'Université Norbert Zongo de Koudougou, de la station au sol du projet Burkina Sat 1. Le lancement de ce dispositif place notre pays dans la compétition spatiale en Afrique francophone » a affirmé le Président de la République Roch Marc Christian Kaboré. La station au sol a pour but de contrôler et d’accéder aux données de "Burkina Sat1" et d'autres satellites dans l’espace.

     

     

    La deuxième phase est celle de la construction du satellite. Tout l’équipement spatial sera entièrement construit au Burkina Faso. Tout en expliquant les avantage d’une telle démarche, je Président Kaboré se « réjouis » de cette étape qui marque une avancée notoire du Burkina dans le domaine spatial : « Je me réjouis déjà des possibilités que va nous offrir cette station dans les prévisions météorologiques et la prévention des catastrophes naturelles, dans le domaine de la télémédecine [...] et d'autres domaines liés à la recherche et au développement ».

     

     

    La troisième phase du projet verra le transport jusqu’à la station spatiale internationale, les frais de lancement dans l’espace et d’entretien pendant trois à cinq ans. Le Président du Faso a estimé cette troisième phase à un coût entre 350 et 400 millions FCFA.

     

     

    Le pays prévoit de faire son lancement en se liant de coopération avec la Chine et le Japon, des pays lanceurs de satellites.

     

    A terme, Burkina-Sat1 fournira des données sur l’avancée du désert et servira aussi à la télémédecine, tout comme il renseignera sur des prévisions pluviométriques. Il aidera surtout à des recherches de développement.

     

     

     

    Assion HOUESSOU