user-solid-circle spoon-knife glass local_pharmacy location phone envelop Icon/Star Created with Sketch.

People, Cette petite fille de 2 ans déchire 300 000 Fcfa appartenant à ses parents

Catégorie

DETAILS

  • En Côte d’Ivoire, une petite fille de 2 ans en pleine dentition, a déchiré toute l’économie de ses parents. Ces derniers partagés entre colère et étonnement, ne savent que faire. Découvrez l’histoire.

     

    Pati, 2 ans a l’habitude de voir ses parents ouvrir la petite boîte, de la refermer et de remettre la clé sur le sommier du lit. Dans cette boîte, le couple Bahi a mis toute son économie. Mais cela, la petite Pati ne le savait pas puisque trop petite pour comprendre ce qu’est une épargne pour une famille. De plus, elle est dans cette période de la vie où le plaisir est d’abord buccal, période au cours de laquelle les enfants fourrent dans la bouche tout ce que leurs petites mains saisissent.

     

    Une nuit de vendredi, aux environs de 23 heures, alors que ses parents dormaient la petite Pati, éveillée, décide elle aussi d’accomplir le rituel de ses parents. Elle s’avance vers le sommier du lit, saisit la clé et s’en retourne ouvrir « la boîte de pandore ». Là voilà maintenant en possession de toute l’économie de ses parents. Comme pour tout enfant, c’est pour elle un si parfait jouet pour se distraire. Aucun jouet du monde ne pouvait aussi bien tomber.

     

    Or, les dents des enfants à cet âge ne font pas la différence entre jouer et détruire. Un à un, tous les 300 000 coupures de billets de banques sont passés sous les scies tranchantes déguisées en dents de lait de la petite Pati. Que la nuit a été longue pour elle à la besogne!

     

    Au petit matin les parents découvrent le spectacle, pendant que la petite Pati après avoir bien travaillée, est retournée s’en dormir. Ils décident d’abord de croire que c’est les souris dévorantes, avant de se rendre compte de la réalité que les souris n’ouvrent pas la boîte à clé. Ils regardent impuissants leur petite Pati, sans possibilité pour eux de lui enseigner une leçon à tirer de cette « tragédie ».

     

    Au demeurant, la leçon est bien destinée à ses parents et à nous tous parents, qui avons la lourde charge d’éduquer les enfants.

     

    Assion HOUESSOU