Sécurité

La France annonce officiellement son retrait militaire du Mali

Cette nouvelle était attendue depuis l’escalade de la tension diplomatique entre la France et le Mali ces derniers mois. La France annonce officiellement son retrait militaire total du Mali.

La France annonce officiellement son retrait militaire du Mali.

Emmanuel Macron a confirmé la décision hier en marge du sommet UE-UA qui se tient à Bruxelles.

Cette décision officielle fait suite aux tensions diplomatiques entre les deux pays depuis ces derniers mois. La goutte d’eau qui a débordé le vase est le renvoi de l’ambassadeur français près le Mali après que le ministre de la diplomatie française Jean-Yves Ledrian ait traité les militaires maliens au pouvoir d’ « illégitimes ».

« Nous ne pouvons pas rester engagés militairement aux côtés d’autorités de fait dont nous ne partageons ni la stratégie, ni les objectifs cachés,» a déclaré hier le président Français pour justifier ce retrait.

Bamako n’a pas encore réagi, mais l’expulsion de l’ambassadeur français et les sorties médiatiques des autorités de transition montrent clairement la volonté du Mali de rompre son accord militaire avec la France dans la lutte contre le terrorisme.

Hier, la décision du retrait a été finalisée lors d’un dîner offert par Emmanuel Macron en présence des présidents Nigérien Mohamed Bazoum, Tchadien Mahamat Idriss Deby, sénégalais Macky Sall et ghanéen Nana-Akufo-Addo, etc.

Réorganisation

Avec ce retrait, la France met en branle la stratégie de réorganisation avec d’autres pays sahéliens et même ceux du Golfe de Guinée comme le Sénégal, le Bénin pour stopper l’avancée du terrorisme.

Pour le Président du conseil européen Charles Michel, les paramètres de cette réorganisation seront arrêtés d’ici juin 2022 pour faire « progresser la paix et la prospérité en Afrique.»

« Nous considérons que la lutte contre le terrorisme est quelque chose d’essentiel pour le Mali, pour le Burkina, pour le Niger et pour les pays côtiers,» a dit le président ivoirien Alassane Ouattara mercredi sur RFI et France 24. « Le départ de Barkhane et de Takuba [groupement de forces spéciales européennes, NDLR] crée un vide. Nous serons obligés d’acheter des armes, d’avoir une plus grande professionnalisation, mais c’est notre devoir aussi. Les armées nationales doivent régler les problèmes sur nos territoires nationaux et c’est cela, notre philosophie,» a-t-il estimé.

Pour la présidence française, « nous avons besoin de réinventer notre partenariat militaire avec ces pays.» « Il ne s’agit pas de déplacer ce qui se fait au Mali ailleurs, mais de renforcer ce qu’on fait au Niger et de soutenir davantage le flanc sud.»

Lady Samira

Agenda Niamey

Sortez plus, vivez mieux ! Tous les bons plans de Niamey (Niger) sont sur agendaniamey le premier portail web culturel agenda de Niger. La référence pour l'actualité culturelle

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page